You Are Viewing

Les Secrets de l’Inspiration | Retour sur le D.EVENT 2017

Les Secrets de l’Inspiration | Retour sur le D.EVENT 2017

3 juillet 2017

En ce dernier mardi avant la fuite des parisiens (les plus chanceux) vers la plage et les cocotiers, la d.School, cette fameuse école de Design originaire de Stanford a rassemblé près de 500 professionnels pour une journée de conférences à rayonnement international qui s’est tenue dans son bel établissement de Champs-sur-Marne.

Une journée sous le signe de l’innovation avec pour leitmotiv l’inspiration, cette première phase cruciale du Design Thinking qui ne doit pas être négligée mais qui reste cependant un art subtil et volatile. Les différents intervenants de renom que nous avons eu le plaisir d’écouter ont veillé à nous transmettre leurs conditions optimales pour déclencher l’inspiration, leurs secrets permettant à chacun d’entre nous de mieux nous inspirer dans notre vie d’innovateur, entre créativité, émotion, intuition et bienveillance. Des personnalités charismatiques dont nous pouvons et devrions tous nous inspirer, et dont nous vous rapportons les visions et enseignements !

  • L’inspiration et l’imagination à l’origine de toute innovation par Marc Giget, Président du Club de Paris des Directeurs de l’Innovation.

L’imaginaire c’est la pensée première ! L’imagination précède toujours de très longtemps la réalisation. Elle prend la forme d’une image, d’un dessin qui traduit la pensée initiale telle qu’elle est dans notre imaginaire.
« Il n’y a pas d’imaginaire sans image » : Bien avant de réaliser un avion, on a imagé ce que cela pourrait être, idem pour le langage binaire, la théorie des espèces de Darwin, le réseau Ethernet, ou encore la Tour Eiffel…  

2 - Darwin

 [ Dessin de Darwin avant de formaliser sa théorie. ]

« L’existence de l’imagination humaine est la plus grande énigme scientifique qui soit » – Marc Turner, professeur de science cognitive.

L’inspiration provient d’une graine.
Par exemple, le parachute a été inspiré par la fleur de pissenlit, Walt Disney s’est inspiré du château de Pierrefonds pour son château de la Belle au bois dormant, dont il agrandit démesurément le donjon pour lui donner un effet magique. La fleur de Lys a quant à elle inspiré plus de 150 innovations !

3-4-5

Les mots d’ordre de cette intervention : « laissez libre cours à votre imagination, sans l’inspiration nous n’existerions pas ». Tous les arts, toutes les oeuvres de fiction sont des purs produits de l’imaginaire ! D’ailleurs la plus grande crainte de l’artiste n’est-elle pas de perdre l’inspiration ? Selon Marc Giget, si elle ne vient pas, il faut aller la chercher ! Chacun à sa source et son lieu d’inspiration, Marc Giget nous en partage certains à l’origine des innovations :
Les rencontres, le voyage – la visite, l’observation, les rêves, l’empathie, les accidents de la vie – les erreurs, les événements marquants, les passions humaines, les recherches et découvertes.

Marc Giget termine son intervention sur la créativité, terme apparut plus tard et pose la question suivante : la créativité a-t-elle désenchanté l’imaginaire ? 

6 Créativité

Avec les méthodes en entreprise, les délais de plus en plus courts nécessitant de plus en plus de réactivité… Aujourd’hui en Europe, la majorité des innovations sont ce qu’il appelle des « Me too », soit des copies d’innovations existantes…

  • La doyenne de la d.school, Véronique Hillen prend le relai avec un talk intitulé : “S’inspirer en entreprise pour mieux innover.”

« Nous avons tous déjà été inspirés, un peu, beaucoup, passionnément… mais jamais pas du tout ! » – Véronique Hillen, doyenne de la d.school.

Elle commence par revenir sur l’étymologie du mot Inspiration et dresse un parallélisme intéressant avec le souffle et la respiration. Plus forte est l’inspiration, plus forte est l’expiration.

7 Def inspiration

Très vite, nous entrons dans le vif du sujet : l’inspiration en entreprise est-elle possible ? La posture de réactivité peut véritablement nous vider de toute idée. On a besoin d’être plus proactif que réactif, plus créatif qu’analytique pour laisser venir le souffle créateur, cet instant ressenti comme un profond soulagement, un accomplissement de soi dû au fait que nous avons exercé notre pouvoir de création.

Nous prenons quelques instants pour nous concentrer sur notre respiration, tous ensemble dans l’amphithéâtre. Pas un bruit. Ce moment ‘zen’ est aussi surprenant qu’agréable.

Nous reprenons, et Véronique nous délivre maintenant ses trois secrets pour rester inspiré.

#1 / Créez votre bulle protectrice face à la culture dominante en entreprise, reposant sur un équilibre entre trois piliers : People – Place – Process. S’entourer des bonnes personnes, dans un lieu propice à l’échange, à l’écoute et à la stimulation, avec la bonne méthodologie.

#2 / L’émotion : c’est l’essence du moteur de l’inspiration. En entreprise il est trop souvent répété que l’émotion fait désordre, elle est synonyme de chaos. Mais sans émotion tout devient aride et sans vie, alors il devient très difficile d’innover. Il faut apprendre à apprivoiser ses émotions, car c’est un carburant infini pour innover. Y croire, y mettre son coeur pour créer un flot d’innovation tangible pour l’entreprise.

#3 / La réflexivité : penser à ses réflexions passées pour améliorer celles du futur, et ne pas reproduire les mêmes erreurs. Cela implique des efforts difficiles, se remémorer le contexte passé, se repasser les actions et étapes, se demander pourquoi ce qui est arrivé est arrivé et comment… pour faire naître l’inspiration qui permettra de mieux faire.

Et maintenant à notre tour de travailler ! La doyenne nous met à l’épreuve avec un petit test visant à nous concentrer sur la dernière fois que nous avons innové, sur le modèle People – Place – Process !

  • « Wonder & Rigor » par Natalie Nixon, spécialiste du design de service expérientiel, professeure à l’Université de Philadelphie et fondatrice de Figure8 (entre autres !).

Cette « penseuse hybride » nous expose son modèle de pensée, un équilibre entre le ‘merveilleux’ et la ‘rigueur’ pour optimiser la créativité et s’affranchir de ce qui a déjà été créé ! Elle nomme cela CHAORD et va jusqu’à le décliner, et ça donne Chaordic System ! Un mélange de Chaos et Ordre !

Elle s’intéresse plus particulièrement à l’utilisation des stratégies du secteur de la mode par d’autres secteurs, ce qu’elle appelle le Fashion Thinking mais nous partage également ses influences de réflexion, que sont le jazz et la danse qui l’ont menée à ce framework de créativité, basé sur la curiosité et l’intuition !

9 Framework créativité

« Intuition is more powerful than intellect! » – Steve Jobs.

Selon Natalie Nixon, l’intuition est comme un muscle. Elle nous parle de ce qu’elle nomme « Intuitive Leadership » : propres à certains métiers complètement menés par l’intuition, les grands Chefs, les DJ, les chorégraphes, ou encore les designers de jeux, mais se concentre sur les danseurs chorégraphes.

10 - citation

Dans son Chaordic System, elle insiste sur l’importance de l’équilibre pour trouver la « Sentient Intelligence » que nous traduirons par Intelligence sensible, et dresse un mapping à 2 axes que voici, pour innover.


11 - mapping

  • « Science Fiction inspires innovation », une intervention de Nathan Shedroff, professeur au California College of the Arts, co-fondateur de Vivid Studios.

Une conférence comme son nom l’indique sur l’influence de la Science Fiction sur l’innovation. La Science Fiction influence depuis longtemps les attentes du public et les recherches faites en matière de nouvelles technologies, en proposant des prototypes de technologies qui n’existent pas encore ! Nathan Shedroff nous démontre cela avec de nombreuses références à de vieux films ou jeux qui ont été de vraies sources d’inspiration aux innovations que nous connaissons.

De nombreuses marques utilisent la Science Fiction pour innover, c’est le cas de Cisco, Coca-Cola, General Motors, Intel, Visa, Pepsi, US Army, US Navy… 

  • C’est au tour de Sandra Rey, fondatrice de Glowee, startup révolutionnaire qui développe une alternative à la lumière électrique par la bioluminescence.

Sandra retrace les différentes étapes de la création de son entreprise atypique, initialement son projet de fin d’études ! La startup Glowee a imaginé une alternative à l’électricité, en développant une source de lumière vivante utilisant les propriétés naturelles bioluminescentes d’organismes marins. Concrètement, Glowee utilise des gènes codant pour la bioluminescence, et les insère dans des bactéries non pathogènes et non toxiques cultivées en masse pour produire de la lumière. Cette matière première vivante, indépendante de l’électricité, émettant peu de pollution lumineuse et de CO2 et produisant une lumière douce qui ne nécessite aucune infrastructure d’installation pour fonctionner, est d’ors et déjà utilisée par des grands groupes pour réaliser des expériences immersives ponctuelles. Glowee planche en ce moment sur l’illumination du paysage urbain plus largement (bâtiments, signalétique, mobilier urbain, zones isolées dans lesquelles aujourd’hui un vrai problème d’infrastructure électrique se pose).

Nous parlions de Glowee dans notre étude sur la Smart City, à télécharger gratuitement !  

  • Place à la thématique « Se réaliser pour s’inspirer » qui commence avec l’intervention tant attendue du mentor de la d.school, Bernard Roth !

« The bigger the problem is, the bigger the opportunity » – Bernard Roth

Bernard Roth, co-fondateur de la d.school de l’Université de Stanford, dont la conférence sera bientôt en ligne sur la chaîne Youtube de l’école nous parle du Design Thinking pour résoudre des problèmes, et de l’importance d’identifier le vrai problème !

15 - Rules problem solving

Il nous donne un exemple concret : une machine médicale pour enfants tombe en panne. Le problème n’est pas de réparer la machine mais de sauver les enfants. En se posant cette bonne question, une innovation a été créée et a permis de sauver 400 000 bébés.
Il va plus loin en nous parlant du cas de Doug Dietz, ingénieur américain de General Electrics qui a travaillé des années sur un IRM pour enfants. Il se rend un jour à l’hôpital pour enfants de Pittsburgh où son IRM est installé et constate que sa machine n’inspire que peur et angoisse aux enfants ! On l’informe d’ailleurs que 80% d’entre eux font le scanner sous sédatif car ils perçoivent la machine comme un monstre ! Doug Dietz décide alors de transformer l’expérience vécue et à force d’heures d’observation et de workshops avec les praticiens de l’hôpital, le scanner a finalement pris différentes formes : un gâteau de pirate, un vaisseau spatial … On retient l’importance de se poser la bonne question à résoudre et d’aller à la rencontre de ses futurs utilisateurs !

17 - IRM

  • Cyril Moré, escrimeur et skieur handisport français ayant remporté plusieurs médailles aux jeux paralympiques clôture cette journée avec une intervention très personnelle intitulée « Savoir rebondir pour mieux s’en sortir ».

Il revient sur l’accident qui lui a causé son handicap et partage avec nous son combat. Un homme qui suite à cet événement a enchaîné les sports et nous transmet une véritable bouffée d’oxygène et un regain d’énergie.

  • Conférences mais pas que puisque nous avons également découvert les projets des 16 étudiants du programme ME310 Design Innovation de la d.school, qui ont pratiqué intensément le Design Thinking et innové en équipes à partir d’un brief fourni par leur partenaire industriel attitré :

    • Bosch – Farmer Manager : des capteurs (humidité de l’air et température, humidité du sol…) pour aider les agriculteurs à avoir une vue globale de leurs plants, en temps réel, et leur permettre de prendre la bonne décision au bon moment. Le dispositif est lié à une app qui leur délivre les informations de la journée, l’historique (notamment de la nuit) et une photo des plants pour voir leur évolution.
    • Nestlé – Nescipies : un dispositif en point de vente permettant de délivrer de l’inspiration culinaire à l’utilisateur. On y sélectionne des ingrédients qui nous tentent, et la machine nous propose plusieurs recettes, lorsque notre choix est fait elle nous imprime la liste des ingrédients classés par allée dans le magasin !
    • Tarkett – Floor in motion : l’entreprise avait mis en place des sols connectés dans les chambres des maisons de retraites « Floor in motion » permettant de détecter les chutes, les activités nocturnes etc. L’équipe à travaillé sur l’exploitation de cette data récoltée afin de la restituer plus simplement aux bonnes personnes. Cela a pris la forme d’une tablette sur le chariot des aides-soignants pour être informé en temps réel notamment lors des veillées nocturnes, de toute anormalité. Des résumés des activités jugées « inquiétantes » sont également transmis aux médecins ainsi que des compte-rendus hebdomadaires du sommeil de certains résidents.
    • Roland Garros – RG Cam : une expérience digitale pour vivre l’expérience du tournoi tout au long de l’année, via une app mobile qui permet de filmer son match dans son court de tennis habituel (grâce à un phone holder à accrocher au grillage au fond du court, en réglant l’inclinaison) et grâce à la réalité augmentée, l’environnement se transforme comme s’il jouait sur le court Philippe Chatrier. L’utilisateur peut ensuite ajouter les commentaires de fameux commentateurs, des applaudissements etc.

      Chaque intervention était retranscrite en live design !

IMG_2537

Vous l’aurez compris, le programme était riche, pointu et passionnant. En bref, on a hâte d’être à l’année prochaine !